Vitamine K avec vitamine D?

Plusieurs fabricants de produits naturels proposent des combinaisons de vitamine K et de vitamine D. Est-ce pertinent?

L’étude de la vitamine D représente véritablement une science émergeante. Sa capacité à prévenir les fractures 1 et à réduire la mortalité globale 2 est bien connue. De plus, ses effets sur l’immunité et la prévention des infections respiratoires 3, sur l’inflammation 4,5, ainsi que sur la prévention de maladies comme les cancers 6 et les maladies cardiovasculaires 7 sont supportés par des preuves grandissantes. C’est pourquoi la vitamine D est de plus en plus prescrites par les médecins.

La vitamine K est plus nouvelle dans le discours. On sait tout de même que cette vitamine joue un rôle important dans la santé des os et celle du système cardiovasculaire.

Deux vitamines complémentaires

La combinaison de ces 2 vitamines est pertinente puisqu’elles sont complémentaires à bien des égards, particulièrement en ce qui concerne les 3 points suivants:

Ostéocalcine

L’ostéocalcine est une protéine qui transporte le calcium principalement depuis l’intestin jusqu’à l’os, où elle participe à sa fixation. La vitamine D est nécessaire à sa synthèse, et la vitamine K2 est nécessaire à son activation.8,9

De plus, l’ostéocalcine activée sert à décalcifier les tissus mous (comme les artères) qui ne devraient pas être calcifiés. Les dépôts de calcium dans les tissus mous peuvent résulter de l’inflammation et peuvent aussi être un effet secondaire de la prise d’anticoagulant anti-vitamine K, comme la warfarine.

Donc, la vitamine K est utile pour normaliser ou même renverser ce processus pathologique. La vitamine K2 serait d’ailleurs recommandée pour l’ostéoporose et pour diminuer la calcification des artères.10

Inflammation

La vitamine D est nécessaire à la gestion de l’inflammation. Elle aide, directement dans le noyau cellulaire, à gérer la production de médiateurs inflammatoires.11

Quant à la vitamine K2, elle bloque une cascade inflammatoire en inhibant un médiateur, le NF-kB (Nuclear Factor Kappa B).12

Maladies graves

Des carences en ces 2 vitamines sont associées à l’augmentation de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancers.9,12-15 Ici, les mécanismes ne sont pas très clairs. Par contre, comme les 2 carences sont associées aux mêmes maladies, une supplémentation concomitante est tout à fait logique.

Supplémentation

On a vu que la carence est associée à des maladies. Mais la supplémentation est-elle associée à des bénéfices?

Pour ce qui est de la supplémentation en vitamine D, de nombreuses études ont montré ses bienfaits (voir en introduction).

De plus, quand on augmente le taux sanguin de vitamine D à 100 nmol/L (normale 75-150 nmol/L) chez des sportifs, elle améliore les aspects suivants: 16

  • ↑ fonction du muscle squelettique
  • Améliore VO2 max
  • ↓ temps de récupération après l’effort
  • ↑ force et production d’énergie chez l’athlète
  • Normalise la production de testostérone

La vitamine K2: 9

  • Prévient les atteintes osseuses chez les athlètes:
    • ostéoporose chez des femmes marathoniennes
    • fractures de stress
  • Permet / maintient l’élasticité des artères
    • Inhibe / renverse la calcification des artères

Vitamine D: quelle forme?

La vitamine D existe sous 2 formes distinctes:

  1. La D3 ou cholécalciférol, d’origine animale (sauf peut-être une source qui serait extraite de certains lichens). C’est celle qu’on fabrique quand on s’expose au soleil.
  2. La vitamine D2 ou ergocalciférol, d’origine végétale. Notez au passage la particule ergo = travail. Il faut savoir que la D2 est beaucoup moins efficace que la D3. Il faut donc travailler plus pour obtenir ses bienfaits. On considère que son activité est d’environ 30% celle de la D3.17

Vitamine K : quelle forme?

La vitamine K existe en 3 versions: 18

  1. La K1 (phytoménadione) se retrouve dans les légumes verts. Elle agit surtout pour normaliser la coagulation.
  2. Les K2 (ménaquinone) : sous forme de MK4 et MK7.
    1. La MK4 provient des produits fermentés, comme les fromages et certaines viandes. De plus, les bactéries de l’intestin fabriquent la MK4 à partir de la K1.
    2. La MK7 est plus rare et provient de fermentations spécifiques comme le natto (aliment à base de soya fermenté). Celle-ci est mieux absorbée et reste dans le système plus longtemps que la MK4. Par contre, elle est moins bien étudiée que la MK4.19

Il existe également une forme synthétique de vitamine K, la K3 (ménadione), qui a été retirée du marché à cause de sa toxicité.

Les vitamines K2 ont plus d’affinité pour l’ostéocalcine que la K1. Elles sont donc plus utiles pour calcifier les os et décalcifier les tissus mous, notamment le cœur et les artères.

Malgré leur affinité particulière, sachez que toutes les vitamines K agissent aux mêmes endroits. Donc, la K1 agit aussi sur l’ostéocalcine et la K2 agit aussi sur la coagulation.

Bref, lorsqu’il y a présence d’anti-vitamines K (warfarine) dans le dossier de votre patient: prudence!

Conclusion (et risques?)

La carence en vitamine D est très fréquente chez les nordiques comme nous.20 Il est donc logique de recommander des suppléments à la majorité de nos patients.

Consultez aussi Trop de vitamine D serait dangereux… https://www.jydionne.com/trop-de-vitamine-d-serait-dangereux/

On n’a pas trouvé de carences en vitamines K aussi importantes dans notre société. Par contre, des taux plus élevés apportent des bénéfices valables, et la toxicité est nulle. En effet, Santé Canada n’a pas établi d’apport maximal tolérable (apport à partir duquel on peut constater des effets secondaires) pour la vitamine K. Donc, le risque est minime, sinon absent.

Finalement, les vitamines D3 et K2 sont synergiques et complémentaires. C’est pourquoi il est logique de les prendre ensemble.

Autres articles connexes

Références:

  1. Bischoff-Ferrari HA, Willett WC, Wong JB, et al. Fracture prevention with vitamin D supplementation: a meta-analysis of randomized controlled trials. JAMA 2005;293:2257-64. . PubMed PMID: 15886381. https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/200871
  2. Garland CF, Kim JJ, Mohr SB, et al. Meta-analysis of all-cause mortality according to serum 25-hydroxyvitamin D. Am J Public Health2014; 104(8):e43-50. PubMed PMID: 24922127; PubMed Central PMCID: PMC4103214. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4103214/
  3. Martineau AR, Jolliffe DA, Hooper RL, et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ. 2017 Feb 15;356:i6583. doi: 10.1136/bmj.i6583. Review. PubMed PMID: 28202713; PubMed Central PMCID: PMC5310969. https://www.bmj.com/content/356/bmj.i6583.long
  4. Mousa A, Naderpoor N, Teede H, et al. Vitamin D supplementation for improvement of chronic low-grade inflammation in patients with type 2 diabetes: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Nutr Rev. 2018 May 1;76(5):380-394. doi: 10.1093/nutrit/nux077. PubMed PMID: 29490085. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29490085
  5. Guillot X, Semerano L, Saidenberg-Kermanac’h N, et al. Vitamin D and inflammation. Joint Bone Spine. 2010 Dec;77(6):552-7. doi: 10.1016/j.jbspin.2010.09.018. Review. PubMed PMID: 21067953. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21067953
  6. Lappe JM, Travers-Gustafson D, Davies KM, et al. Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial. Am J Clin Nutr. 2007 Jun;85(6):1586-91. PubMed PMID: 17556697. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17556697
  7. Marawan A, Kurbanova N, Qayyum R. Association between serum vitamin D levels and cardiorespiratory fitness in the adult population of the USA. Eur J Prev Cardiol. 2019 May;26(7):750-755. doi: 10.1177/2047487318807279. PubMed PMID: 30373395. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30373395
  8. Iwamoto J. Vitamin K₂ therapy for postmenopausal osteoporosis. Nutrients. 2014 May 16;6(5):1971-80. doi: 10.3390/nu6051971. Review. PubMed PMID: 24841104; PubMed Central PMCID: PMC4042573. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4042573/
  9. Kidd PM. Vitamins D and K as pleiotropic nutrients: clinical importance to the skeletal and cardiovascular systems and preliminary evidence for synergy. Altern Med Rev. 2010 Sep;15(3):199-222. Review. PubMed PMID: 21155624. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21155624
  10. Schwalfenberg GK. Vitamins K1 and K2: The Emerging Group of Vitamins Required for Human Health. J Nutr Metab. 2017;2017:6254836. doi: 10.1155/2017/6254836. Review. PubMed PMID: 28698808; PubMed Central PMCID: PMC5494092. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5494092/
  11. Calton EK, Keane KN, Newsholme P, Soares MJ (2015) The Impact of Vitamin D Levels on Inflammatory Status: A Systematic Review of Immune Cell Studies. PLOS ONE 10(11): e0141770. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0141770
  12. Li Y, Chen JP, Duan L, Li S. Effect of vitamin K2 on type 2 diabetes mellitus: A review. Diabetes Res Clin Pract. 2018 Feb;136:39-51. doi: 10.1016/j.diabres.2017.11.020Review. PubMed PMID: 29196151. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29196151
  13. Xv F, Chen J, Duan L, Li S. Research progress on the anticancer effects of vitamin K2. Oncol Lett. 2018 Jun;15(6):8926-8934. doi: 10.3892/ol.2018.8502. Review. PubMed PMID: 29805627; PubMed Central PMCID: PMC5958717. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5958717/
  14. Nimptsch K, Rohrmann S, Linseisen J. Dietary intake of vitamin K and risk of prostate cancer in the Heidelberg cohort of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-Heidelberg). Am J Clin Nutr. 2008 Apr;87(4):985-92. PubMed PMID: 18400723. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18400723
  15. Beaudin S, et al. Divergent effects of vitamins K1 and K2 on triple negative breast cancer cells. Oncotarget. 2019 Mar 19;10(23):2292-2305. doi: 10.18632/oncotarget.26765. eCollection 2019 Mar 19. PubMed PMID: 31040920; PubMed Central PMCID: PMC6481349. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6481349/
  16. Dahlquist DT, et al. Plausible ergogenic effects of vitamin D on athletic performance and recovery. J Int Soc Sports Nutr. 2015 Aug 19;12:33. doi: 10.1186/s12970-015-0093-8. Review. PubMed PMID: 26288575; PubMed Central PMCID: PMC4539891. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4539891/
  17. Armas LA, Hollis BW, Heaney RP. Vitamin D2 Is Much Less Effective than Vitamin D3 in Humans. J Clin Endocrinol Metab.2004 Nov; 89(11):5387-91. PubMed PMID: 15531486. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15531486
  18. Marles RJ, Roe AL, Oketch-Rabah HA. US Pharmacopeial Convention safety evaluation of menaquinone-7, a form of vitamin K. Nutr Rev. 2017 Jul 1;75(7):553-578. doi: 10.1093/nutrit/nux022. Review. PubMed PMID: 28838081. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28838081
  19. Schurgers LJ, Shearer MJ, Hamulyák K, Stöcklin E, Vermeer C. Effect of vitamin K intake on the stability of oral anticoagulant treatment: dose-response relationships in healthy subjects. Blood. 2004 Nov 1;104(9):2682-9. PubMed PMID: 15231565. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15231565
  20. Greene-Finestone LS, Berger C, de Groh M, et al. 25-Hydroxyvitamin D in Canadian adults: biological, environmental, and behavioral correlates. Osteoporos Int. 2011 May; 22(5):1389–99. PubMed PMID: 20730415. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20730415

Images