ostéoporose, densité osseuse

L’ ostéoporose, condition insidieuse par excellence, n’est pas symptomatique tant qu’il n’y a pas fracture ou tassement vertébral. La prévention est donc d’autant plus importante. Alors, que peut-on suggérer aux patients qui veulent prévenir ou renverser l’ostéoporose? Je vous propose, dans cet article, un tour des 3 nutriments / suppléments les plus utiles.

Vitamine D

La vitamine D est une vitamine liposoluble nécessaire au métabolisme du calcium. C’est également une hormone puisqu’elle est fabriquée dans la peau sous l’influence des rayons ultraviolets B. En association avec l’hormone parathyroïdienne (parathormone ou PTH), elle contribue à l’homéostasie du calcium plasmatique en facilitant son absorption intestinale et/ou en mobilisant les stocks osseux.1

Mécanismes d’action

Tous les effets suivants sont liés à la voie intracrine de la vitamine D (conversion intracellulaire du calcidiol (vitamine D 25(OH)) en calcitriol (1,25-dihydroxyvitamine D)). Ils ne dépendent donc pas du taux circulant de calcitriol, qui est étroitement contrôlé par le rein, mais bien du taux circulant de calcidiol. Pour plus de détails : http://www.jydionne.com/vitamine-d-qu-est-ce-qu-on-teste/

  • Le calcitriol stimule l’absorption du calcium par l’intestin grêle en augmentant l’expression des gènes qui codent les canaux calciques épithéliaux TRPV6 et la calbindine, une protéine qui facilite le transport du calcium.2
  • Le calcitriol joue également un rôle important dans la différentiation des ostéoblastes (développement des cellules matures fonctionnelles), dans la minéralisation de la matrice osseuse, ainsi que dans la régulation de l’ostéoclastogénèse et de l’activité des ostéoclastes.3 L’action de la vitamine D est donc beaucoup plus importante que la simple modulation de l’absorption du calcium. Contrairement à ce que l’on croyait autrefois, elle joue un rôle primordial dans le métabolisme osseux.
  • Le calcitriol induit la mobilisation du calcium osseux en activant l’expression du facteur RANKL (ligand de l’activateur de récepteur à facteur nucléaire kappa-B) par les ostéoblastes, lequel déclenche la différenciation des pré-ostéoclastes en ostéoclastes.2
  • Le calcitriol stimule également la synthèse d’ostéocalcine par les ostéoblastes. L’ostéocalcine est un transporteur de calcium qui augmente la minéralisation de la matrice osseuse en favorisant la fixation du calcium tout en prévenant la calcification des tissus mous.4,5 L’ostéocalcine dépend aussi de la vitamine K.

Risque de fracture

Sur le plan clinique, la vitamine D, lorsqu’elle est associée au calcium, réduit l’incidence des fractures chez les femmes ménopausées et les personnes âgées. Selon une méta-analyse de 16 études cliniques randomisées contrôlées, des suppléments de vitamines D et de calcium réduisent de 12% le risque de fractures chez les personnes âgées. Les études avec la vitamine D seule ne permettent pas de conclure à un éventuel effet.6

Risque de chutes

Au-delà de son effet sur le métabolisme du calcium et la densité osseuse, la vitamine D semble jouer un rôle sur l’équilibre, le tonus musculaire et, par conséquent, le risque de chute.7-13

  • Dans une étude sur 159 personnes autonomes (âge moyen 85 ans; 74% femmes), le risque de chute est significativement plus élevé lorsque le taux sanguin de vitamine D est plus bas que 98 nmol/l (32,9 ng/ml). Au-dessus de ce taux, les risques de chutes sont virtuellement inexistants dans ce groupe.8
  • 1 000 UI de vitamine D2 (ergocalciférol) par jour améliorent le risque de chute de 19% chez des personnes âgées ayant un faible taux de vitamine D au départ (moins de 60 nmol/l ou 24 ng/ml) et un historique de chute.10
  • Dans une méta-analyse sur l’effet de la vitamine D dans la prévention des fractures, des doses quotidiennes de 700 à 800 UI montrent un effet préventif, alors que des doses de 400 UI n’ont pas d’effet.12 Selon ces mêmes chercheurs, l’effet de la vitamine D sur la réduction des chutes s’explique par une amélioration de l’équilibre postural (statique) et de l’équilibre dynamique (en mouvement).13

Taux sanguins optimaux et dosages

Selon plusieurs scientifiques, les différents taux sanguins de 25(OH)D correspondraient à : 14-18

  • Déficience : < 50 nmol/l (20 ng/ml)
  • Insuffisance : 50-74 nmol/l (20-29,6 ng/ml)
  • Zone santé : 75-150 nmol/l (30-60 ng/ml)
  • Optimal : 125-150 nmol/l (50-60 ng/ml)
  • Excès : > 250 nmol/l (100 ng/ml)
  • Aucune toxicité rapportée : ≤ 500 nmol/l (200 ng/ml)

Lorsque possible, il est pertinent de faire évaluer le taux sanguin de vitamine D de vos patients pour ajuster le dosage en conséquence. En l’absence de tests sanguins, il est très sécuritaire de recommander 3 000 UI à 5 000 UI par jour (selon le poids).

Consultez également : http://www.jydionne.com/quelle-est-la-dose-ideale-de-vitamine-d/

Les seules contrindications à la prise de suppléments de vitamine D sont l’hypercalcémie et la sarcoïdose.

Magnésium

Le magnésium (Mg) joue un rôle aussi, sinon plus important que le calcium en tant qu’oligoélément intracellulaire essentiel au bon déroulement de centaines de réactions métaboliques. Dans les os, qui contiennent 60% du magnésium total, il module la formation des cristaux d’hydroxyapatite. Le magnésium régule également le transport du calcium et améliore sa fixation.19 Selon Santé Canada, 42,9% des Canadiens (34,8% des Québécois) ont un apport alimentaire en magnésium inférieur au besoin estimé.20

Chez l’humain, la carence alimentaire en Mg est associée à une augmentation de l’ostéoporose et des fractures alors que la supplémentation est associée à une augmentation la densité osseuse.21

Quelques études:

  • Lors d’une étude clinique, on a donné à 60 jeunes filles de 8 à 14 ans ayant un apport en Mg inférieur à 220mg/jour soit un placebo, soit 300mg de Mg 2 fois par jour (sous forme d’oxyde de Mg). Après 1 ans, la densité osseuse à la hanche avait augmenté de 3% par rapport au groupe contrôle.22
  • Dans une étude ouverte, 31 femmes postménopausées ont pris 2 à 6 comprimés de 125 mg de magnésium par jour pendant 6 mois, puis 2 comprimés par jour pendant 18 mois. Pour 71% d’entre elles, la densité osseuse a augmenté significativement de 1 à 8% après un an, alors qu’elle déclinait dans le groupe contrôle.19 Fait intéressant, la densité de l’os trabéculaire a augmenté.
  • Une étude pilote montre que la prise de 1 830 mg de citrate de magnésium (295,8 mg de Mg élémentaire) chez 20 femmes (10 Mg & 10 placébo) durant 30 jours diminue les marqueurs de remodelage osseux. La PTH et la déoxypyridinoline urinaire (marqueur de la résorption osseuse) ont diminué de façon significative et l’ostéocalcine (marqueur de la synthèse osseuse) a augmenté.23
  • Chez l’animal (souris), une réduction de 10% de l’apport en Mg entraine des altérations des chondrocytes au niveau des articulations et des plaques de croissance osseuses. Les chercheurs ont également constaté une réduction de l’hormone parathyroïdienne et de la vitamine D circulante, une diminution de la formation de l’os par les ostéoblastes et une augmentation de la dégradation par les ostéoclastes, une augmentation des cytokines inflammatoires et la production de radicaux libres. Tous ces mécanismes postulés expliqueraient le rôle prépondérant du Mg dans la santé de l’os.21
  • Chez des personnes âgées, des chercheurs ont mesuré divers paramètres sanguins afin de déterminer lesquels étaient liés à la prévalence de l’ostéoporose. Les facteurs ayant démontré les liens les plus significatifs ont été le magnésium, le zinc et l’hémoglobine. Étonnamment, la variation du taux de calcium n’a pas démontré de lien significatif.24

Dosage

Santé Canada a établi la dose maximale en supplément à 350mg par jour alors que la dose thérapeutique varie entre 200 et 600mg par jour. L’imposition de cette limite de 350mg découle principalement de l’effet laxatif des sels de Mg. Le dosage suggéré varie de 200mg à 300mg 1 à 2 fois par jour, en mangeant.

La biodisponibilité du Mg varie d’un sel à l’autre. Ainsi, les bisglycinates, citrates, gluconates et chlorures ont une bonne biodisponibilité et les oxydes, carbonates et hydroxydes, une mauvaise.25 L’insuffisance rénale est la seule contre-indication à l’usage du Mg.

Vitamine K

La seule chose dont je me souvienne de mes études en pharmacie à propos de la vitamine K est qu’il faudrait la restreindre chez les utilisateurs de Coumadin. Cependant, la réalité est beaucoup plus complexe et fascinante.

Découverte en 1929 par un chercheur Danois du nom de Henrik Dam, cette vitamine a été nommée « K » pour « Koagulation », en allemand. On sait aujourd’hui que la vitamine K est une famille de 5 sous-groupes de composés structurellement reliés : K1 à K5.

Mécanisme d’action

La vitamine K agit sur des protéines spécifiques (facteurs de coagulation, ostéocalcine et matrice Gla) qui ont la capacité de fixer les minéraux. Ces structures sont des dérivés de l’acide glutamique que seule la vitamine K peut transformer en version active: les acides gamma carboxyglutamiques.

Santé osseuse

Selon des découvertes récentes, le rôle des vitamines K2 est différent de celui des K1. Les K2 auraient plus d’affinité pour les os et permettraient à l’ostéocalcine et à la matrice Gla de faire leur travail adéquatement. Lors d’études cliniques, un supplément de K2 a augmenté la densité osseuse chez des femmes ménopausées avec ostéopénie.26

L’effet de la vitamine K sur la calcification et l’augmentation de la synthèse de l’os se manifeste principalement à l’intérieur de l’os trabéculaire, cette microarchitecture qui donne à l’os sa force et sa résistance. Par contre, le test de détection de l’ostéoporose le plus utilisé (DEXA) ne mesure la densité minérale qu’à la surface de l’os, en gramme par centimètre carré (g/cm2), plutôt que de mesurer la densité globale, en gramme par centimètre cube (g/cm3). Ainsi, la vitamine K, dont l’effet est difficilement mesurable par ce test, est peu utilisée chez nous. Au Japon, les vitamines K2 sont approuvées pour le traitement de l’ostéoporose depuis 1995.

Le lien entre la vitamine K et la densité osseuse a aussi été confirmé par une étude chez des hommes âgés utilisant la warfarine (anti-vitamine K) durant plus d’un an pour le traitement des fibrillations cardiaques. Chez ces hommes, on a constaté une augmentation de 25% du nombre de fractures.27

Une méta-analyse conclut que la prise de vitamine K1 (1 à 10 mg par jour) ou de vitamine K2 (15 ou 45 mg par jour) diminue la perte osseuse (13 études cliniques randomisés contrôlées incluant des femmes et des hommes) et le nombre des fractures chez les adultes (7 études cliniques randomisés contrôlées). L’effet sur les fractures est plus marqué avec la vitamine K2.28

Absorption et sécurité

Comme la vitamine K est liposoluble, la consommation de «bons gras» en augmente l’absorption. Par contre, son effet est annulé par les acides gras trans qui diminuent non seulement son absorption, mais également son effet métabolique.29

On n’a pas encore trouvé de toxicité aux formes naturelles de la vitamine K.30,31

Dosage

Des doses de 0,2 à 1 mg (200 µg à 1 000 µg) de K1 par jour sont souvent utilisées dans les études cliniques. La dose de 45 mg par jour de K2 n’a démontré aucune toxicité.

Et le calcium ?

Les suppléments de calcium, seuls, n’ont qu’un effet très limité sur la prévention et le ralentissement de l’ostéoporose chez les femmes postménopausées. L’effet du calcium est plus important en association avec la vitamine D et également en présence d’oligo-éléments.32

  • Revue systématique (15 essais randomisés, 1 806 femmes postménopausées) : Après 2 ans d’utilisation de suppléments de calcium, la différence de densité osseuse par rapport au groupe témoin est de: 2,05% (IC 95%: 0,24 à 3,86) pour la densité totale, 1,66% (IC 95%: 0,92 à 2,39) pour la colonne vertébrale lombaire, 1,60% (IC 95%: 0,78 à 2,41) pour la hanche et 1,91% (IC 95%: 0,33 à 3,50) pour la partie distale du radius. Le risque relatif de fractures montre une tendance positive, mais n’atteint pas le seuil significatif: fractures vertébrales 0,79 (IC 95%: 0,54 à 1,09); fractures non vertébrales 0,86 (IC 95%: 0,43 à 1,72).33
  • Méta-analyse (8 essais cliniques, 12 658 femmes) comparant la vitamine D avec calcium au calcium seul ou à un placebo: Le groupe ayant pris des suppléments de vitamine D3 (n=6 089) et de calcium a eu moins de fractures des vertèbres (OR 0,77; LC 95%: 0,6 à 0,93) et de la hanche (OR 0,70; LC 95%: 0,53 à 0,90) que le groupe sans vitamine D (n=6 569). Comparée au calcium seul, l’association de vitamine D3 et calcium a diminué le nombre de fractures non-vertébrales (OR 0,68; LC 95%: 0,43 à 1,01) et de fractures autres (ni des vertèbres, ni de la hanche) (OR 0,64; LC 95%: 0,38 à 0,99), mais pas de fractures de la hanche (OR 1,03; LC 95%: 0,39 à 2,25).34 (Note : cette méta-analyse utilise l’approche bayésienne des statistiques. C’est pourquoi les auteurs utilisent la limite de crédibilité (LC) au lieu de l’intervalle de confiance (IC) pour exprimer le facteur d’incertitude. Pour plus d’information sur l’inférence bayésienne, consultez http://fr.wikipedia.org/wiki/Inférence_bayésienne.)

Dosage

Ostéoporose Canada recommande de cibler un apport total (suppléments et alimentation) de 1 200 mg par jour.35,36 Étant donné que la très grande majorité de la population en consomme déjà au moins 700 mg dans son alimentation, un supplément de 500 mg de calcium élémentaire par jour (en une dose ou en doses divisées) est amplement suffisant.

Consultez aussi : http://www.jydionne.com/peut-on-prendre-trop-de-calcium/

Références :

  1. Vitamin D. Micronutrient Information Center. Linus Pauling Institute – Micronutrient Research for Optimum Health. oregonstate.edu
  2. Holick MF. Vitamin D deficiency. N Engl J Med. 2007 Jul 19;357(3):266-81. Review. No abstract available. PMID: 17634462.
  3. Anderson PH, Lam NN, Turner AG, Davey RA, Kogawa M, Atkins GJ, Morris HA. The pleiotropic effects of vitamin D in bone. J Steroid Biochem Mol Biol. 2012 Sep 5. doi:pii: S0960-0760(12)00151-3. 10.1016/j.jsbmb.2012.08.008. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 22981997.
  4. Lips P. Vitamin D physiology. Prog Biophys Mol Biol. 2006 Sep;92(1):4-8. Review. PMID: 16563471.
  5. Skjødt H, Gallagher JA, Beresford JN, Couch M, Poser JW, Russell RG. Vitamin D metabolites regulate osteocalcin synthesis and proliferation of human bone cells in vitro. J Endocrinol. 1985 Jun;105(3):391-6. PMID: 3873510.
  6. Chung M, Lee J, Terasawa T, Lau J, Trikalinos TA. Vitamin D with or without calcium supplementation for prevention of cancer and fractures: an updated meta-analysis for the U.S. Preventive Services Task Force. Ann Intern Med. 2011 Dec 20;155(12):827-38. Review. PMID: 22184690.
  7. Uusi-Rasi K, Kannus P, Karinkanta S, Pasanen M, Patil R, Lamberg-Allardt C, Sievänen H. Study protocol for prevention of falls: a randomized controlled trial of effects of vitamin D and exercise on falls prevention. BMC Geriatr. 2012 Mar 26;12:12. doi: 10.1186/1471-2318-12-12. PubMed PMID: 22448872; PubMed Central PMCID: PMC3342151. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3342151/
  8. Peterson A, Mattek N, Clemons A, Bowman GL, Buracchio T, Kaye J, Quinn J. Serum vitamin D concentrations are associated with falling and cognitive function in older adults. J Nutr Health Aging. 2012 Oct;16(10):898-901. doi: 10.1007/s12603-012-0378-4. PubMed PMID: 23208029.
  9. Pfeifer M, Begerow B, Minne HW, Suppan K, Fahrleitner-Pammer A, Dobnig H. Effects of a long-term vitamin D and calcium supplementation on falls and parameters of muscle function in community-dwelling older individuals. Osteoporos Int. 2009 Feb;20(2):315-22. doi: 10.1007/s00198-008-0662-7. PubMed PMID: 18629569.
  10. Prince RL, Austin N, Devine A, Dick IM, Bruce D, Zhu K. Effects of ergocalciferol added to calcium on the risk of falls in elderly high-risk women. Arch Intern Med. 2008 Jan 14;168(1):103-8. doi: 10.1001/archinternmed.2007.31. PubMed PMID: 18195202.
  11. Bischoff-Ferrari HA, Dawson-Hughes B, Willett WC, Staehelin HB, Bazemore MG, Zee RY, Wong JB. Effect of Vitamin D on falls: a meta-analysis. JAMA. 2004 Apr 28;291(16):1999-2006. Review. PubMed PMID: 15113819.
  12. Bischoff-Ferrari HA, Willett WC, Wong JB, Giovannucci E, Dietrich T, Dawson-Hughes B. Fracture prevention with vitamin D supplementation: a meta-analysis of randomized controlled trials. JAMA. 2005 May 11;293(18):2257-64. Review. PubMed PMID: 15886381.
  13. Bischoff-Ferrari HA, Conzelmann M, Stähelin HB, Dick W, Carpenter MG, Adkin AL, Theiler R, Pfeifer M, Allum JH. Is fall prevention by vitamin D mediated by a change in postural or dynamic balance? Osteoporos Int. 2006;17(5):656-63. PubMed PMID: 16508700.
  14. Heaney RP, Recker RR, Grote J, Horst RL, Armas LA. Vitamin D(3) is more potent than vitamin D(2) in humans. J Clin Endocrinol Metab. 2011 Mar;96(3):E447-52. PMID: 21177785.
  15. Vieth R. Vitamin D supplementation, 25-hydroxyvitamin D concentrations, and safety. Am J Clin Nutr. 1999 May;69(5):842-56. Review. PMID: 10232622.
  16. Bischoff-Ferrari HA. Optimal serum 25-hydroxyvitamin D levels for multiple health outcomes. Adv Exp Med Biol. 2008;624:55-71. doi: 10.1007/978-0-387-77574-6_5. Review. PubMed PMID: 18348447.
  17. Garland CF, French CB, Baggerly LL, Heaney RP. Vitamin D supplement doses and serum 25-hydroxyvitamin D in the range associated with cancer prevention. Anticancer Res. 2011 Feb;31(2):607-11. PubMed PMID: 21378345. Aussi disponible sur http://www.grassrootshealth.net/garland02-11
  18. Hanley DA, Cranney A, Jones G, Whiting SJ, Leslie WD; Guidelines Committee of the Scientific Advisory Council of Osteoporosis Canada. Vitamin D in adult health and disease: a review and guideline statement from Osteoporosis Canada (summary). CMAJ. 2010 Sep 7;182(12):1315-9. Review. PubMed PMID: 20624865; PubMed Central PMCID: PMC2934797.
  19. Stendig-Lindberg G, Tepper R, Leichter I. Trabecular bone density in a two year controlled trial of peroral magnesium in osteoporosis. Magnes Res. 1993 Jun;6(2):155-63. PMID: 8274361
  20. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/atlas/map-carte/adult_magnesium-fra.php
  21. Rude RK, Gruber HE. Magnesium deficiency and osteoporosis: animal and human observations. J Nutr Biochem. 2004 Dec;15(12):710-6. Review. PMID: 15607643
  22. Carpenter TO, DeLucia MC, Zhang JH, Bejnerowicz G, Tartamella L, Dziura J, Petersen KF, Befroy D, Cohen D. A randomized controlled study of effects of dietary magnesium oxide supplementation on bone mineral content in healthy girls. J Clin Endocrinol Metab. 2006 Dec;91(12):4866-72. Epub 2006 Oct 3. PMID: 17018656
  23. Aydin H, Deyneli O, Yavuz D, Gözü H, Mutlu N, Kaygusuz I, Akalin S. Short-term oral magnesium supplementation suppresses bone turnover in postmenopausal osteoporotic women. Biol Trace Elem Res. 2010 Feb;133(2):136-43. PubMed PMID: 19488681.
  24. Saito N, Tabata N, Saito S, et al. Bone Mineral Density, Serum Albumin and Serum Magnesium. J Am Coll Nutr 2004;23(6): 701S–703S.
  25. http://www.lanutrition.fr/bien-comprendre/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/quel-magnesium-choisir.html
  26. Plaza SM, Lamson DW. Vitamin K2 in Bone Metabolism and Osteoporosis. Altern Med Rev. 2005;10(1):24-35
  27. Gage BF, Birman-Deych E, Radford MJ, Nilasena DS, Binder EF. Risk of osteoporotic fracture in elderly patients taking warfarin: results from the National Registry of Atrial Fibrillation 2. Arch Intern Med. 2006 Jan 23;166(2):241-6.
  28. Cockayne S, Adamson J, Lanham-New S, Shearer MJ, Gilbody S, Torgerson DJ. Vitamin K and the prevention of fractures: systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Intern Med. 2006 Jun 26;166(12):1256-61. Review. PMID: 16801507.
  29. Booth SL, Lichtenstein AH, O’Brien-Morse M, et al. Effects of a hydrogenated form of vitamin K on bone formation and resorption. Am J Clin Nutr .2001;74:783–90.
  30. Shearer MJ. Vitamin K in parenteral nutrition. Gastroenterology. 2009 Nov;137(5 Suppl):S105-18. Review. PubMed PMID: 19874942.
  31. Vermeer C, Shearer MJ, Zittermann A, Bolton-Smith C, Szulc P, Hodges S, Walter P, Rambeck W, Stöcklin E, Weber P. Beyond deficiency: potential benefits of increased intakes of vitamin K for bone and vascular health. Eur J Nutr. 2004 Dec;43(6):325-35. Epub 2004 Feb 5. Review. PMID: 15309455.
  32. Patrick L. Comparative absorption of calcium sources and calcium citrate malate for the prevention of osteoporosis. Altern Med Rev. 1999 Apr;4(2):74-85. Review. PMID: 10231607.
  33. Shea B, Wells G, Cranney A, Zytaruk N, Robinson V, Griffith L, Hamel C, Ortiz Z, Peterson J, Adachi J, Tugwell P, Guyatt G. Calcium supplementation on bone loss in postmenopausal women. Osteoporosis Methodology Group; Osteoporosis Research Advisory Group. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Jul 18;(1):CD004526. Review. PMID: 17636765.
  34. Bergman GJ, Fan T, McFetridge JT, Sen SS. Efficacy of vitamin D3 supplementation in preventing fractures in elderly women: a meta-analysis. Curr Med Res Opin. 2010 May;26(5):1193-201. PMID: 20302551.
  35. Lentle B, Cheung AM, Hanley DA, Leslie WD, Lyons D, Papaioannou A, Atkinson S, Brown JP, Feldman S, Hodsman AB, Jamal AS, Josse RG, Kaiser SM, Kvern B, Morin S, Siminoski K; Scientific Advisory Council of Osteoporosis Canada. Osteoporosis Canada 2010 guidelines for the assessment of fracture risk. Can Assoc Radiol J. 2011 Nov;62(4):243-50. PubMed PMID: 21852066.
  36. Papaioannou A, Morin S, Cheung AM, Atkinson S, Brown JP, Feldman S, Hanley DA, Hodsman A, Jamal SA, Kaiser SM, Kvern B, Siminoski K, Leslie WD; Scientific Advisory Council of Osteoporosis Canada. 2010 clinical practice guidelines for the diagnosis and management of osteoporosis in Canada: summary. CMAJ. 2010 Nov 23;182(17):1864-73. Epub 2010 Oct 12. PubMed PMID: 20940232; PubMed Central PMCID: PMC2988535.